Histoire & Origines du café

1: Le café à travers l’histoire

Les recherches scientifiques identifient les premières souches de caféier en Ethiopie où il pousse encore aujourd’hui à l’état sauvage.
« Une légende dit qu’un jeune berger nommé KALDI, qui gardait ses chèvres sur les hauts plateaux du Ethopi, fut intrigué par l’étrange comportement de son troupeau. Ses bêtes, qui avaient brouté les baies rouges d’un arbuste sautaient et gambadaient de façon étrange. Elles étaient excitées au point qu’elles dansèrent ainsi jusqu’à l’aube. KALDI se rendit au couvent voisin de CHAHODET et conta ce prodige au prieur. Celui-ci eut l’idée de faire bouillir les noyaux de ces fruits pour confectionner un breuvage. La boisson donna une ardeur particulière à ceux qui en burent. On la nomma ‘Kawah’, c’est-à-dire force, élan, vitalité.
A partir de ce jour, les moines, prirent l’habitude d’en consommer, et ne furent plus la proie de la somnolence lors des longues prières nocturnes du monastère. »
Depuis lors, le café accompagne de manière quotidienne nos repas et notre réveil. Ses vertus dites énergétiques lui ont donné sa réputation et ont fait de lui la seconde marchandise échangée dans le monde, derrière le pétrole.

12e - 13e siècle

Diffusion du café au Yemen

15è siècle

Des pèlerins musulmans de retour de la Mecque introduisent le café au Moyen-Orient, Turquie, Afrique du Nord et Egypte. De nombreuses « maisons du café », lieux de convivialité à prix modique, permettent un brassage social, un échange d’idées.

17ème siècle

Le café arrive en Europe vers 1600, introduit depuis l’Egypte par les marchands vénitiens.
Le café commence à être importé en Angleterre dans les années 1650 et est cultivé dans les colonies. Les Hollandais le cultivent en Indonésie et ramènent des Caféiers à Amsterdam.

18ème siècle

Le bourgmestre d’Amsterdam offre un jeune caféier à Louis XIV en 1714, qui fut cultivé avec succès dans les serres du Jardin du Roi. Les plants furent ensuite plantés en Martinique puis d’autres îles des Antilles.
La boisson connaît un grand succès en Europe donc, pour répondre à la demande, les colons européens introduisent la culture du café dans de nombreux pays tropicaux.

2: D’ou vient le café ?

Le café se cultive entre le Tropique du Cancer et le Tropique du Capricorne. Cette zone située ente les deux est le plus communément appelée « ceinture du café ».

3: Les territoires de café

AMÉRIQUE LATINE :

Cafés de qualité régulière, légèrement ou moyennement corsés, à l’acidité nette et aux saveurs de noix ou de noisettes fraîches et de chocolat.

AFRIQUE ARABIE :

Cafés alliant acidité tonifiante à des arômes intenses floraux et fruités, la plupart sont moyennement ou bien corsés.

ASIE PACIFIQUE :

Souvent appelés cafés indonésiens, ils sont généralement corsés, très peu acides et aux saveurs herbales et terreuses.
Le Caféier pousse en altitude dans les régions tropicales et peut atteindre 9m de haut. Cependant il est généralement taillé à 2-3 mètres pour la récolte. La première récolte se fait 3 ans après la plantation. Chaque année un plant peut donner 450 à 680 g de café torréfié soit 2 paquets de café. Les espèces les plus connues sont arabica et robusta.
La peau de la baie de café est très épaisse, la pulpe qui se cache sous la peau à la texture du raisin. Sous la pulpe se trouve deux fèves de café recouvertes d’une enveloppe protectrice : le parche.
Le parche est lui même recouvert d’une substance gélatineuse à la consistance de miel qu’on appelle le mucilage.
Même s’il y a généralement deux fèves par baie de café, 5 à 10 % des baies ont une fève unique. Cette fève unique est appelée caracoli (ou peaberry).

La culture du café se situe dans une zone géographique comprise entre les tropiques du Cancer et du Capricorne avec 70 pays producteurs répartis sur quatre continents, dont une quarantaine produit des cafés fins. Deux espèces majeures de café sont à retenir : le robusta et l’arabica. La production annuelle se répartit entre 75% d’arabicas et 25% de robustas.r : robusta – a : arabica – m : robusta & arabica

4: Le traitement du café après la récolte

LA MÉTHODE SECHE (NATURELLE) :

– Séchage au soleil pendant environ 15 jours
– Décorticage en machine pour retirer la pulpe et le mucilage
– Tri et mise en sacs

  

LA MÉTHODE HUMIDE :

– Tri et lavage à l’eau courante
– Passage au dépulpeur pour séparer les fèves de la pulpe
– Fermentation en cuve 12 à 48 heures.
– Lavage, séchage au soleil et stockage
– Tri et mise en sacs

 

LA MÉTHODE SEMI-HUMIDE :

– Tri et lavage à l’eau courante
– Passage au dépulpeur pour séparer les fèves de la pulpe
– Lavage, séchage au soleil et stockage
– Décortication, tri et mise en sacs

 

 

5: Le sourcing et la torréfaction

En 2012-13, 151 milions de sacs de cafés ont été produits dans le monde (1 sac = 60kg de café)
La totalité de café exporté dans le monde représente 17 miliards de dollars.

LA TORRÉFACTION :

la torréfaction ne doit être ni trop longue (< 20 minutes) ni trop courte (> 8 minutes)

Pour commencer:

Les fèves de café vert sont introduites dans un bruloir à tambour rotatif

Au bout de 5 à 7 mn

Une partie de l’humidité est éliminée, les fèves certes deviennent jaune vif et prennent une odeur de légume au beurre

Au bout de 8 mn:

Les fèves commencent à crépiter (1er «pop»), elles doublent de volume, dû à l’humidité qui se transforme en vapeur Pour certaines torréfactions, quand les grains sont marron clair, ils sont «prêts». Chez Notting Hill nous allons plus loin pour obtenir un arome plus intense et complexe.

De 11 à 15 mn plus tard:

Les grains continuent à foncer et l’humidité à diminuer (18 à 25% de perte). Après quelques minutes, une pellicule huileuse se forme à la surface. Le café crépite à nouveau (2ème «pop»). Les grains sont ensuite transférés dans un appareil de refroidissement.

Nous choisissons des cafés de caractère
pour leur qualité et leur saveur afin de vous transporter grâce à nos spécialités au cœur de notre passion...

Inscription à la Newletter

Restez informé de nos bons plans et nouveautés.

Vous êtes inscrit avec succès!