Le café nait de la rencontre de la terre, du ciel, et de l’homme, chaque année au Kenya, au Congo, au Rwanda, au Mexique et dans bien d’autres pays producteurs. La réussite d’un café d’exception est une véritable épopée, le travail dans les plantations de café, la récolte au fil des saisons aboutis à un grains vert d’exception près pour la torréfaction. Vivants, recherchés et adulés dans le monde entier, ces grands crus d’exception portent en eux la recette de la terre dont ils sont issus et l’âme des Hommes qui les ont cultivés.

La récolte

La première récolte d’un plan de café se fait vers la 3ème année après la platation. Chaque année , un plant peut dpnner 450 à 680g de café torréfié, soit environ 2 paquets de café. 

La peau de la baie de café est très épaisse, la pulpe qui se cache sous la peau a la texture du raisin. Sous la pulpe, se trouvent deux fèves de café, recouvertes d’une enveloppe protectrice : le parche. Le parche est lui-même recouvert d’une substance gélatineuse à la consistance de miel qu’on appelle mucilage. Même s’il y a généralement deux fèves par baie de café, 5 à 10% des baies ont une fève unique. Cette fève unique est appelée caracoli (ou peaberry).

Le séchage des récoltes

Après la récolte, on met les baies de café à sécher afin de le préparer à la torréfaction. Il existe 3 méthode de séchage, la méthode sèche dite naturelle, la méthode humide, et la méthode semi-humide. 

La plus courante est la méthode sèche, les baies sont mises au soleil pendant 15 jours et sont  décortiquées en machine pour retirer la pulpe et le mucilage. Les grains de cafés verts sont ensuite triés et mis en sac.

La torréfaction

L’un des secrets de l’arôme incomparable d’un café Notting Hill réside dans l’expertise de la torréfaction, processus crucial dans le développement de ses qualités aromatiques. 

Le Notting Hill aime ses cafés torréfiés en France depuis toujours. Ce savoir-faire se perpétue dans le respect des traditions de notre entreprise, tasse de café après tasse de café. 

La torréfaction est un processus de cuisson du grain de café vert en 15 min : ils sont dans un premier temps introduits dans un bruloir à tambour rotatif, une partie de l’humidité est éliminées, les fèves vertes deviennent jaunes vif et prennent une odeur de légumes au beurre. Au bout de 8 min, les fèves commencent à crépiter (1er pop), elles doublent de volume, dû à l’humidité qui se transforme en vapeur.

Entre 11 et 15 min, les grains continuent à foncer et l’humidité à diminuer (18-25% de pertes). Après quelques minutes, une pellicule huileuse se forme à la surface. Le café crépite à nouveau (2ème pop). Les grains sont ensuite transférés dans un appareil de refroidissement.

 

L’origine du Café

Les recherches scientifiques identifient les prémières souches de caféier en éthiopie où il pousse à létat sauvage. 

Le café est d’abord diffusé au Yemen au 12ème siècle et se diffuse au Moyen-Orient, Turquie, Égypte, et Afrique du Nord au 15ème siècle où se démocratisent les « maison de café », lieu de convivialité à petit prix permettant un brassage social et un échange d’idées. 

Il arrive ensuite en Europe vers 1600, introduits depuis l’Égypte par les marchands vénitiens. La boisson connait un grand succès en Europe, et pour répondre à la demande, les colons européens introduisent la culture du café dans de nombreux pays tropicaux. 

Aujourd’hui, le café se cultive entre le tropique du Cancer et le tropique du Capricorne. Cette zone située entre les deux est plus communément appelée la « ceinture du café ». 

Inscription à la Newsletter

Restez informés de nos bons plans et nouveautés.

Vous êtes inscrit avec succès!